UN TERREAU À POTAGER À BASE DE BRF, une gestion d’équilibre adaptée aux cultures.

Par Jacques Hébert, avril 2020

 

 

La base d’un bon jardinage passe par un sol vivant riche en matière organique. Je jardine avec les BRF (Bois Raméaux Fragmentés) depuis plus de 40 ans et son efficacité ne cesse pas de m’impressionner. Comme je l’ai dit ailleurs, le BRF copie cet humus que la nature produit à son meilleur en forêt feuillue : la tombée des feuilles et des brindilles couche après couche, année après année, dans un sous-bois à l’ombre et humide, avec le stimulus, d’un humus des plus actif en sous-instance. Pour accélérer le processus de bio transformation, j’ai développé ici, avec mon compost à base de BRF, une culture de ce sol naturel par excellence. Comme je l’ai développé ailleurs, j’alimente la culture de mon vieux compost principalement avec du BRF frais avec ajout de poussière basaltique, vers à compost, mycéliums et avec l’action de tous les autres micro-organismes, un sol se structure en constante reformulation dans tout ce réseau de vie…

 

 

J’ai ouvert mes jardins au public il y a une trentaine d’années et, voyant les résultats, les gens m’ont tout de suite demandé mon terreau et mon paillis. Les gens veulent avoir un résultat tout de suite. Le compost est un incontournable. Depuis tout ce temps, les cultures de vivaces arbres et arbustes ont un succès absolu et sans défaillance. Pour la culture des potagers, j’ai aussi d’excellents commentaires, mais la culture de ces plantes de cycle court demande un peu plus d’attention et d’ajustement avec le site, les exigences de chaque type de plante. On a tous, autour de nous, le nécessaire pour bonifier nos sols et nos cultures potagères. Démarrer un potager c’est bien, mais se faire l’artisan du maintien de sa vitalité et avoir de bons résultats demande votre participation et bien entendu, votre grand plaisir et…, en fin de compte, de bons fruits et légumes pour la maisonnée.

DSCN3512 (1).JPG