Les Jardins vivaces de Charlesbourg
Effets des champignons PDF Imprimer Envoyer

 

Maison ancestrale

 

Effets des champignons

sur la formation d’un sol de qualité

par Jacques Hébert, mars 2011

 

Pour en savoir plus sur l’effet des champignons sur la formation d’un sol de qualité, je vous invite à lire les excellents textes de Paul Stamets, dont voici des extraits. Mon développement suit ces extraits.


SAPROPHYTIC MUSHROOMS: THE DECOMPOSERS

Saprophytic mushrooms, the decomposers, steer the course for proliferating biological communities, shaping and forming the first menus in the food web from dead plants, insects , and other animals. Most gourmet and medicinal mushrooms are wood decomposers, the premier recyclers on the planet; building soils is the primary outcome of the activities of these saprophytic fungi, whose filamentous mycelial networks weave through and between the cell walls of plants. When organic matter falls from the canopy of trees and plants overhead onto the forest floor, the decomposers residing in the soil process this newly available food. (Competition is intense: on the forest floor, a single “habitat” can actually be matrices of fungal networks sharing one space.) These fungi secrete enzymes and acids that degrade large molecules of dead plants  into simpler molecules, which the fungi can reassemble into building blocks, such as polysaccharides, for cell walls. From dead plants, fungi recycle carbon, hydrogen, nitrogen, phosphorus, and minerals into nutrients for living plants, insects, and other organisms sharing that habitat.
As decomposers, saprophytic mushrooms can be separated into 3 key groups: primary, secondary, and tertiary, although some mushroom species can cross over from one category to another, depending upon circumstances. Primary, secondary, and tertiary decomposers can all coexist in one location. Primary and secondary decomposers such as oyster and meadow mushrooms are the easiest to cultivate.

PRIMARY DECOMPOSERS

These saprophytes are typically the first to grow on a twig, a blade of grass, a chip of wood, a log, a stump, or a dead insect or other animal. Primary decomposers are typically fast growing, sending out rapidly extending strands of mycelium that quickly attach to and decompose plant tissue. These woodland species include oyster mushrooms (Pleurotus species), shiitake (Lentinula edodes), and maitake (Grifola frondosa). However, species employ different sets of enzymes to break down plant matter into varying stages of decomposition.

SECONDARY DECOMPOSERS

Secondary decomposers rely on the activity of primary fungi that initially, although partially, break down plant and animal tissues. Secondary decomposers all work in concert with actinomycetes, other bacteria, and fungi, including yeasts, in soil in the forest floor or in compost piles. Heat, water, carbon dioxide, ammonia, and other gases are emitted as by-products of the composting process. Once the microorganisms (especially actinomycetes) in the compost piles complete their life cycles, the temperature drops, encouraging a new wave of secondary decomposers.
Cultivators exploit this sequence to grow the white button mushroom (Agaricus bisporus), the most widely cultivated mushroom in the world. Other secondary saprophytes that compete with compost grown mushrooms are inky caps (belonging to the family Coprinacea, which includes the choice, edible shaggy mane (Coprinus comatus) and others including the hallucinogenic Panaeolus subbalteatus and Panaeolus cyanescens); and, in outdoor wood chip beds, the ambiguous Stropharia (Stropharia ambigua). Industrial growers try to thwart these undesired invaders by heat steaming their composts to temperatures inhospitable to their spores.
Secondary decomposers, as a group seem more versatile than primary decomposers for dealing with complex assortments of microorganisms, since they have evolved in direct contact with microbially rich soils. Secondary decomposers typically grow from composted material. The best culinary Stropharis species, the garden giant, or king Stropharia, (Stropharia rugoso annulata) is an example of an intermediary between primary and secondary decomposers since this species first digests fresh debris and then continues to thrive as complex communities of microbes join with it to create soil.

Stamets, Paul. Mycelium Running: how mushrooms can  help save the world.  Berkeley : Ten Speed Press,  c2005, 344 p. ( pp. 19-22)

 

Et maintenant, Paul Stamets développe sur l’effet des mycorhizes sur les plantes et le milieu :

 

MYCORRHIZAL MUSHROOMS : FUNGUS AND PLANT PARTNERSHIPS

… Because ectomycorrhizal mycelium grows beyond the plant’s roots, it brings distant nutrients and moisture to the host plant, extending the absorption zone well beyond the root structure. The mycelium dramatically increases the plant’s ingestion of nutrients, nitrogenous compounds, and essential elements (phosphorus, copper, and zinc) as it decomposes surrounding debris. David Perry (1994) postulates that the surface area – hence its absorption capability – of mycorrhizal fungi may be 10 to 100 times greater than the surface area of leaves in a forest. As a result, the growth of plant partners is accelerated. Plants with mycorrhizal fungal partners can also resist diseases far better than those without. Fungi benefit from the relationship because it gives them access to plant-secreted sugars, mostly hexoses that the fungi convert to mannitols, arbitols, and erythritols.
One of the most exciting discoveries in the field of mycology is that the mycorrhizae can transport nutrients to trees of different species. One mushroom species can connect many acres of a forest in a continuous network of cells”

Ibid p. 24

 


Feuilles et brindilles des arbres, Paul Stamets continue :

 

Saprophytic mushrooms gobble up debris fallen from the trees and prevent invation by parasites. The mycorrhizae channel nutrients, expand root zones, and guard against parasites. Similarly, endophytic fungi, less well understood, chemically repel bacteria, insects and other fungi. After hundreds of millions of years of evolution, fungal alliances have become part of nature’s body politic. It is time for our species to partake in this ancient mycological wisdom.

Ibid p. 34

 


… et encore de Paul Stamets :

 

Researchers have shown, however, that the forest is thoroughly interlaced with fungal nets of mycorrhizal, saprophytic, parasitic, and endophytic species. Mushrooms are forest guardians. A forest ecosystem cannot be defined without its fungi because they govern the transition between life and death and the building of soils, all the while fueling numerous life cycles. Primary saprophytes initiate the decomposition process, and what the saprophytes don’t break down, the mycorrhizal fungi do. I suspect that the overlying saprophytic fungi on the forest floor also influence the diversity of mycorrhizal fungi through their selection of trees to associate with, and that they stream nutrients to the root zones. Other groups of fungi (including endophytes and parasites) also work in concert. With a complex interplay of partnerships, mutualism, and parasitism, fungi build the soils beneath our feet.

Ibid p. 35

 

maison

Installer la vie dans le sol et maintenir cette vitalité en permanence, voici un bref exposé de mes méthodes au naturel. Floraison de fin juillet.

Les meilleurs sols que l’on retrouve dans la nature, ce sont des sols de forêt feuillus. C’est la tombée des feuilles et des brindilles sur le sol (ce qui a été nommé Bois Raméal Fragmenté ou BRF), dans un milieu de sous-bois, à l’ombre et humide, couche par couche, année après année, qui forme un tel d’humus de grande qualité de type mull.

Comme j’en ai parlé ailleurs, j’ai développé une culture de ce sol, de type forestier feuillu. Comme le mentionne Stamets, la première attaque se fait par les champignons de type saprophyte. Les Saprophytes « premiers décomposeurs » vont digérer en premier lieu les résidus organiques bruts. Les Saprophytes « seconds décomposeurs » prennent le relais de concert avec les actinomycètes, et d’autres bactéries et fungi, que ce soit en litière forestière ou en tas de compost. Plus que les « premiers décomposeurs », les « seconds décomposeurs » sont plus versatiles et négocient donc avec un assortiment complexe de microorganismes.

Le BRF feuillu de qualité sert de nourriture et de couvert, comme on le verra, sous forme de mulch, ou paillis, vers une transformation enzymatique en sol riche de type mull. Les principaux agents de transformation, ce sont les champignons. Que ce soit en compost ou en application directe sur le terrain, si on ne développe pas cette culture fongique, cette première transformation se fera plus ou moins, selon qu’au hasard, elle pourra trouver les champignons dans le milieu immédiat. Il s’agit d’orienter le phénomène naturel dans ses capacités optimales de déploiement, s’en rapprocher le plus prêt que possible.

Ce qui a pris des décennies à se former en sous-bois, à l’ombre et humide, couche par couche, année après année, je le fais, de façon accélérée en quelques mois. On introduit la vie dans le sol, avec le pré-compost et on maintient la vie avec une couche en permanence d’environ 2 cm de mulch de BRF feuillu.

 

Plate-bande

Lorsque l’on monte la butte avec ce pré-compost, le travail se continue. Les champignons de type mycorrhiziens s’installent autour des racines de façon symbiotique. Cette symbiose signifie que les champignons et les plantes (et les arbres) s’entraident en codépendance. Ces champignons métabolisent, rendent assimilable les minéraux, non seulement le N P K, mais également les minéraux traces, non seulement pour les plantes, mais pour les autres organismes vivants dans ce sol. Les arbres et les plantes, avec leur partie épigée (partie aérienne), forment avec leur houppier, un énorme capteur solaire qui transforme cette énergie solaire, par photosynthèse, entre autres, en polysaccharides, des sucres. Ces minéraux sont acheminés dans la sève, par une canalisation ascendante et nourrissent la plante. Ces polysaccharides sont acheminés par la sève, dans une canalisation descendante et prend contact avec le sol par les radicelles. Ces sucres nourrissent les champignons et autres organismes du sol. Les champignons ne peuvent faire de photosynthèse et ont besoin des plantes pour le faire. De leur côté, les champignons rendent disponibles les minéraux, et bien d’autres antibiotiques, acides aminés…

 

Mycéliums, mis à découvert, pour les fins de la photo, dans une jeune plantation de céleri et poireaux au fond. C’est dans notre potager où nous sommes parti d’un sol sablonneux stérile deux ans auparavant.

Ces champignons ectomychorrisiens se greffent sur les radicelles des plantes et se développent sous forme d’hyphes, comme une gigantesque toile qui peut même s’étendre sur des dizaines d’acres et peser plusieurs tonnes. Cette toile de champignons prolonge les fonctions racinaires de la plante de 10 à 100 fois. Avec un tel réseautage, les plantes, dans une telle symbiose, croissent trois fois plus vite que dans une agriculture chimique, et cela en bien meilleure santé.

Les acariens et collemboles sont dotés d’outils de mastication. Ils contribuent à briser la structure de la jeune lignine, la jeune branche, et contribuent à faciliter la pénétration des mycéliums. Ils sont mobiles et diffusent la saine infestation des champignons. Bien des rongeurs, comme les écureuils, de même que les cerfs et les ours adorent les champignons. Leurs déjections contribuent également à diffuser les champignons.

Les lombrics, vers de terre, particulièrement de type anicins, sont comme un tube digestif. Ils peuvent absorber jusqu’à 10% du sol fertile par année. Leur déjection est un compost pur. Ils retournent au sol, en même temps les enzymes qu’ils secrètent pour digérer. Bien entendu, ils ventilent le sol. Stamets, raconte qu’un sac de substrat couvert de mycélium avait été laissé sur le sol et dans très peu de temps, les lombrics ont mangé tous les champignons et… ont transformé l’ensemble du substrat en bon sol… avec l’aide des champignons.

L’agriculture chimique nous dit que la plante puise au sol les minéraux pour sa survie et il faut donc en ajouter au besoin.

Comme nous venons de le développer, avec des interventions harmonieuses et symbiotiques, développant les cycles de vie, nous n’avons plus à intervenir ainsi.

Mais qu’est-ce qu’il advient lorsqu’on arrive à l’étape où on a des lombrics, des champignons, des microorganismes, de bonnes plantes, un bon sol bien maturé, quoi?

C’est là qu’il m’apparaît évident de fonctionner en permaculture. On monte une butte permanente avec le pré-compost, ou autrement. La plupart des champignons vivent en sous-bois à l’ombre et humide. On recrée ce milieu ambiant en conservant une couche de mulch d’environ 2 cm de BRF feuillu en permanence sur les buttes comme dans les allées, pour conserver une continuité de la vie d’une butte à l’autre. Avant que le mulch de BRF feuillu ait été digéré par le sol, il faut en ajouter ainsi, environ une fois par an. Si les champignons n’ont plus de nourriture, ils vont rester en latence et/ou s’en aller plus loin. En ajoutant, au besoin, une couche permanente de BRF feuillu, on assure un milieu vivant propice au maintien et au développement de la vie, tout en fournissant la nourriture pour que les cycles de vie se perpétuent. Dès lors, vous n’avez plus à amener aucun autre apport artificiel. Le sol reste autofertile dans le temps et, si bien géré, sans baisse de qualité.

Donc, on initie le processus vivant dans le sol, avec le pré-compost de BRF et on entretient la vie avec une couche permanente de mulch de BRF feuillu.

Dans le cas des plantes vivaces ou de la plantation d’arbustes,  vous pouvez planter directement dans le pré-compost et recouvrir la butte immédiatement d’un mulch de BRF feuillu. Le succès est immédiat et très fort. L’inter-échange sol-plante est assuré immédiatement. Dans la logique que je viens de décrire, le pré-compost initie le processus vivant. Il est aux étapes de premières transformations avec les champignons Saprophytes « premiers et seconds décomposeurs ». Le sol n’a donc pas atteint sa maturité. En ville, autour des maisons, les sols sont compactés et stériles. Certains appliquent mon pré-compost pur et font des semis de légumes directement dans mon pré-compost. Les gens réussissent, mais pour ma part, je trouve cela un peu vite. La première année, j’aurais tendance à conseiller les semis de légumineuses : pois, fèves, ainsi que les pommes de terre, par exemple. L’année suivante, il n’y aura pas de problème. À cette étape de pré-compost, je trouve le substrat trop jeune. C’est vrai que je mets une dose d’argile dans mon pré-compost pour aller chercher mon complexe argilohumique, ce qui avance aussi la transformation en sol. Il s’agit là de semis d’annuels et l’inter-échange sol-plante ne se fait pas, du moins pas, jusqu’à ce que la plante atteigne un stade de développement significatif durant l’été. Plusieurs de mes clients font autant de potager que d’horticulture ornementale et ils réussissent très bien les deux, tout comme chez nous.

 

Ail


Toutes les familles de champignons : Saprophytes, Mycorrhiziens, ou Endophytes, ainsi que la flore et la faune du sol cohabitent et se développent dans cette abondance symbiotique, dans ces modes d’entraide et de cycles.

Comme j’en parle ailleurs, les effets utiles sont les suivants :

  • Lorsque les buttes sont montées, vous n’utilisez aucun autre apport qu’une couche de mulch de BRF feuillu à renouveler environ chaque année.
  • Vous avez une très bonne rétention et conservation d’eau. Je n’arrose jamais mes jardins.
  • On réduit le désherbage à son minimum.
  • Peu ou pas d’érosion
  • Du fait de la grande activité du sol, il y a un réchauffement du sol. Comme en forêt, le sol ne gèle moins l’hiver et est plus frais l’été. L’activité des plantes commence plus tôt le printemps et fini plus tard l’automne.
  • Vous avez des plantes et un sol en santé. Les champignons, surtout les Endophytes, ont certainement un rôle à jouer en développant une chimie qui aide la santé et la vitalité, comme les antibiotiques naturels. Vous allez sentir de bonnes odeurs oxygénantes autour de chez vous.

Les champignons ont cette « intelligence stratégique » de cultiver une convivialité dans une compétition constructive d’un développement de la vie. Il en revient au jardinier de continuer nos études et bien orienter la construction de la vie autour de soi.

Quand j’ai commencé à travailler avec les BRF, il y a plus de 30 ans, les résidus d’émondage allaient dans les sites d’enfouissement et même dans les incinérateurs. J’ai offert de payer pour obtenir la quantité qu’il me faut et surtout pour avoir de la qualité. Je reçois quelques centaines de camions par année.

Je rends disponible ces produits, pré-compost et mulch (paillis) de BRF de qualité feuillus, ainsi que des plantes de qualité. Je fournis l’information nécessaire pour que mes clients réussissent leur jardinage. Les gens s’en parlent de bouche à oreille, parce que c’est naturel et c’est bon. On peut en parler, mais l’essayer convainc à tout coup. Construire son milieu ambiant et immédiat est un tout premier pas vers notre qualité de vie au naturel. Mondialement, on est rendu au seuil d’une crise alimentaire. Ces saines pratiques sont applicables à toutes les échelles… adaptées aux conditions locales.


Les recherches de M. Paul Stamets ne peuvent qu’appuyer nos recherches sur l’utilisation des fines brindilles de feuillus pour des fins de conditionnement de nos sols vivants. Je vous invite donc à prendre connaissance de ses ouvrages :

  • Stamets, Paul. Growing Gourmet and Medicinal Mushrooms. Berkeley : Ten Speed Press, 2000, 592 pages.
  • Stamets, Paul et J.S. Chilton. The Mushroom cultivator; A Practical Guide to Growing Mushrooms at Home. Olympia, Washington : Agarikon Press, 515 pages.
  • Stamets, Paul. Mycelium Running; how mushrooms can  help save the world. Berkeley : Ten Speed Press,  c2005, 344 pages.
  • Vidéo : Paul Stamets on 6 ways mushrooms can save the world | Video
    Le visionnement de cette vidéo peut se faire avec sous-titres français.

Je vous conseille aussi la lecture de :

  • Asselineau, Éléa et Gilles Domenech. De l’arbre au sol; les bois raméaux fragmentés. Éditions du Rouergue, c2007, 190 pages.

 

Bon jardinage

Jacques Hébert
Les Jardins Vivaces
594, George Muir
Québec, Québec
Canada
G2N 2H2

Tél : 418-849-7609

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

www.jardinsvivaces-livegardens.com